Rénovation d'une maison des années 30

Métamorphose d'une habitation

Située à l'entrée d'une petite bourgade ardennaise, cette maison bourgeoise datant des années 30 s'est métamorphosée en une habitation contemporaine baignée de lumière où règnent le calme et la douceur de vivre. 

Jeune couple trentenaire amoureux de la situation de cette ancienne maison et de son vaste jardin. Un coup de foudre motivé par l’envie de réaliser un rêve : une maison familiale où il fait bon vivre.

Dès la première visite, le potentiel de cette demeure a vite été révélé. Le volume généreux des dépendances permettait d’agrandir le rez-de-chaussée et d’y implanter les fonctions demandées. Son excellente orientation offrait la possibilité de l’ouvrir généreusement vers le jardin.

A l’étage, dans les anciens greniers, un vrai cadeau : un immense espace sous la toiture allait permettre de créer une zone de nuit intime et chaleureuse.

Une transformation radicale de l’arrière du bâtiment dans un langage architectural contemporain a été opérée.

Inonder cette maison de lumière, lui donner vie par le travail des volumes, des couleurs, des matières... Y ressentir un véritable bien-être, une belle harmonie entre le beau et l'utile, tels étaient les objectifs à atteindre. 

Le corps de logis sombre et vieillot ainsi que ses dépendances ont été largement ouverts vers le jardin afin d’offrir à ses occupants de belles perspectives visuelles sur la nature.

L’esprit de la maison de maître a volontairement été conservé : sa façade est restée intacte, l’ancienne cage d’escalier, les portes, les vieux planchers, les plafonds moulurés préservés. Une belle étude de couleurs apporte fraîcheur et douceur à ces traces du passé et les rajeunit. 

Un travail colossal nous attendait... que de contraintes techniques à solutionner pour arriver à créer des espaces épurés, une circulation fluide, une volumétrie simple de laquelle il se dégagerait un bonheur de vivre au quotidien. 

Un mobilier sur mesure a été conçu pour structurer les volumes et se fondre dans l’architecture : les meubles de cuisine, les caillebotis de séparation entre le séjour et la cuisine, les bancs posés devant les baies vitrées, etc. ont été réalisés par un artisan suivant nos plans d’exécution.

Dans les pièces de vie, un mobilier harmonieux dessiné par des grands maîtres du design tels Wegner, Charlotte Perriand, Ingo Maurer, Cherner, Bertoia,... a été choisi pour la beauté de ses lignes, son caractère intemporel, ses matériaux ainsi que pour sa richesse d’exécution. En contraste, quelques pièces uniques apportent une belle présence tels le lustre multicolore fait main (composé de flotteurs de pêche), des pièces anciennes en provenance d’Afrique et d’Océanie, ainsi que quelques tableaux d’artistes appréciés par le maître d’ouvrage.

La création d’une communication entre les volumes des pièces de vie du rez-de-chaussée s’est avérée indispensable: l’éclatement des petites pièces existantes par de larges ouvertures permet aux espaces situés en façade de profiter du spectacle du jardin et de la magie de la lumière à toutes heures du jour.

Le choix des matériaux s’est orienté vers les bois savonnés de diverses essences, la chaux, le lin, la laine, etc. Toutes ces matières naturelles entrent en complémentarité avec la chromatique des teintes choisies qui structurent et rythment l’enveloppe du bâtiment. Elles lui apportent une atmosphère paisible et sereine, une belle présence.

Faire danser les espaces, leur offrir une vibration lumineuse, une densité, une profondeur; les rendre chatoyants, chaleureux, humains tels sont les rôles de la couleur et de la matière.

Une palette de couleurs naturelles et végétales a été subtilement choisie pour le rez-de-chaussée allant du vert olive au grège minéral passant par le ton brique égyptien,  l’orange, les gris perlés et le blanc voile.

L'espace sous toiture a été complètement évidé, sa charpente restaurée afin de retrouver l'âme ancienne de cette maison et nous offrir une nouvelle perception du volume. 

Grâce à cette intervention, une implantation libre a pu se dessiner et donner naissance à une salle de bain ouverte sur la chambre principale : un espace paisible, ressourçant où il est bon de se reposer.

Pour l’étage, les gris rosés, les  roses musqués, les beiges foin, le terre brûlée et l’ocre travaillés par petites touches sont noyés dans le blanc immaculé de la chaux. 

Un an de travaux a été nécessaire pour réaliser ce petit havre de paix. Un an de complicité avec les maîtres d’ouvrage et les corps de métiers. 

Une belle expérience relationnelle et créative !